Lyrics

Microphonium


J'me voyais plus

J'me voyais plus dans les miroirs depuis longtemps
Car la beauté du désespoir ça va un temps
Vagabonder c'est monotone et l'on s'en lasse
De nettoyer а l'acétone nos plus belles traces

J'me voyais plus traîner des sacs pendant des mois
Car l'errance tout seul ça détraque c'qui reste de soi
Sous la faïence y'a les blessures celles qui nous rongent
Qui nous lancent des S.O.S pour qu'on y songe

À qui je pense quand le rideau s'abaisse
Pour que j'espère encore, pour que j'attende
À qui je parle une pieuvre au fond du ventre
De la nature des sens, pour qu'il m'entende

J'me voyais plus ou moins monter là sur les planches
Entraînant tous mes souvenirs dans la cadence
Oh ma Sophie j'ai eu la chance de voir dans le ciel
Une étoile pour que j'avance loin sous son aile

À qui je pense quand le rideau s'abaisse
Pour que j'espère encore, pour que j'attende
À qui je parle une pieuvre au fond du ventre
De la nature des sens, pour qu'il m'entende...

J'me voyais plus dans les miroirs depuis longtemps
Car la beauté du désespoir ça va un temps
Et si jamais j'trouve un abri, une branche
J'me mettrai là dans mon nid, sans résistance

L'appel aux « toujours »

Je nous défie
De nous aimer
Encore et longtemps
C'est pas banal
Cette flamme brûlante
Et ces cœurs qui dansent

Voir dans tes yeux
Le désir de la nuit
Portant une vérité
Dans tous les coins
Dans tous les pores
De nos êtres

J'aimerais nous regarder vieillir
Les fantômes de nos solitudes
Ne sont plus ceux d'avant
Danserons-nous l'un et l'autre
Au bal des égos
Épuisés de nous aimer
Comme une dope

Je protégerai
Ton regard lumineux
De ce monde
Nous serons si forts
Nous déjouerons le temps
Nous aimerons la vie

Je t'arrête
Et tu continues
La douceur
De ces caresses enivre
On s'arrête
Ou on continue
C’est un cri d’amour
Un appel aux « toujours »

Tu m'arrêtes
Et je continue
La douceur
De ces caresses enivre
On s'arrête
Ou on continue
C'est un cri d'amour
Pour « toujours »

J'aimerais nous regarder vieillir
Les fantômes de nos solitudes
Ne sont plus ceux d'avant
Danserons-nous l'un et l'autre
Au bal des égos
Épuisés de nous aimer
Comme une dope

Jusqu'à la dernière femme

Dans chaque mot de Georges Sand
Ou sous le voile d’une inconnue
Une autre femme se demande
Si elle sera entendue

Des pas de danse d'une geisha
Aux prières de Mère Térésa
Chacune fait à sa manière
Un monde moins solitaire

Pour toutes celles du passé
Qui ont bâti notre avenir
Je promets que...

Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier soupir
Nous verserons nos larmes
Nos combats et nos rires
Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier désir
Nous jetterons les armes
Pour voir les Hommes s'unir

D'une prisonnière de Colombie
Aux pleurs d'une mère de Somalie
II n'y a aucune différence
Face aux douleurs de l'absence

Certaines ont perdu leur bataille
Comme Benazir ou Lady Di
Et d'autres ont connu la victoire
Pour leur vie ou pour l'Histoire

Pour toutes celles qui ont osé
Et pour les autres qui ont dû subir
Je promets que...

Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier soupir
Nous verserons nos larmes
Nos combats et nos rires
Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier désir
Nous jetterons les armes
Pour voir les Hommes s'unir

Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier soupir
Nous verserons nos larmes
Nos combats et nos rires
Jusqu'à la dernière femme
Jusqu'au dernier désir
Nous jetterons les armes
Pour voir les Hommes s'unir

Jusqu'а la dernière flamme
Qui saura me tenir
J'aurai au fond de l'âme
Ces femmes en souvenir

Auteur: Frédérick Baron
Compositeurs: Marc Dupré et Jean-François Brault

L'espoir (Speranza)

Artiste invité : Francesco Verrecchia

II y a un temps
Pour chaque chose
Et comme une rose
Qui va éclore

Au printemps
D'où naissent les couleurs
Signe d'espoir

Et toi mon frère
Laisse la fenêtre
S'ouvrir encore et toujours

Sur l’espoir
Qui nourrit ce monde
Comme une
Prière dans cette ombre
Balayant
Toute cette violence
Et en faire une danse
De l'amour...

Et lorsque
Les terres trembleront
Nos voix s'uniront

Vers le ciel
Souvent obscur
Mais notre chant est pur

Et toi mon frère
De sang et de cœur
Laisse-toi guider encore un jour

Car l'espoir
Qui soutient le monde
Est un
Soleil qui plombe
Balayant
Toute cette violence
Donnant à la danse
La force de l'amour...

Speranza
Un volo d'ali
Un si
Negli occhi tuoi
Apriamo
Quella finestra
Che porta al cuore
Tra il cielo e il mare
Di gente che
Vive sperando
In noi
In te...

Auteurs: Bruno Pelletier et Vincenzo Thoma
Compositeur: Daniel Barbe

Je sais nous

Je prendrais bien ma vie à t’aimer
Comme on aime au premier jour
Je passerais bien du temps à conter
Que ce ciel n'est qu'à nous

J'y perdrais doucement la couleur
Des larmes traçant mes joues
Et des heures nourries du drame
Mettant nos cœurs à genoux

Je sais «nous»
Je sais «nous»

Ton sourire a le mystère de mes nuits
Troublé et plein de douceurs
Qui donne à l'amoureux que je suis
Ses couleurs

Petit chagrin devient immense peine
Quand les besoins sont en berne
Mais se laisser le droit de s'aimer
Encore pour toujours

Je sais «nous»
Je sais «nous»

J'ai connu les folies, les excès
Mais aussi l'heure des regrets
Des histoires qui s'éteignent
Pour que d'autres en renaissent

Je sais «nous»
Je sais «nous»
Je sais «nous»
Je sais «nous»...

Auteur: Bruno Pelletier
Compositeur: Martin Bachand

J'ai menti

J'ai menti au Soleil
J'ai menti à la Lune
Des regrets, des merveilles
Même à titre posthume

J'ai menti aux rivières
J'ai menti aux montagnes
Que les vents et la Terre
En rougissent et témoignent

La vérité n'est pas
La vérité n'est plus
La vérité, c'est toi
Mais moi, je t'ai perdue

J'ai menti aux fantômes
Du parfum de tes mots
J'ai menti à ta paume
Qui me caressait la peau

J'ai menti à tes yeux
Qui pénétraient mon âme
J'ai menti des aveux
En te cachant mes larmes

La vérité n'est pas
La vérité n'est plus
La vérité, c'est toi
Mais moi, je t'ai perdue

J'ai menti а l'aurore
Qui m'appelait ailleurs
Loin, si loin de ton corps
J'ai menti par erreur

La vérité n'est pas
La vérité n'est plus
La vérité, c'est toi
Mais moi, je t'ai perdue...

Auteur: Sandrine Roy
Compositeur: Daniel Lavoie

Dénaturé

Qu'elle est ma nature profonde
Où est passé mon instinct
Coupé de mes émotions
Je ne ressens plus rien

Où s'en va ma conscience
Comment s'est-elle perdue
Dans la jungle des villes
Aux âmes corrompues

À ériger des lois
Au dessus des espèces
À vouloir dompter la bête
On y a semé la détresse

Qu'on me ramène à la terre
Qu'on me renvoie à mon cœur
Je veux crier ma colère
Tout autant que mon bonheur
Comme les chevaux d'Islande
Ou le condor des Andes
Je veux ma liberté
Comme au début des temps

Je garde mon sang-froid
J'anesthésie mes peurs
Psycho pop à rabais
Pilules antidouleur

Tout ce bruit qui persiste
Détraque mon esprit
Dans le cyberespace
Je meurs dans l'insomnie

Les autres m'indifférent
Je n'ai plus d'intérêts
L'argent est mon allié
Je suis dénaturé

Qu'on me ramène à la terre
Qu'on me renvoie à mon cœur
Je veux crier ma colère
Tout autant que mon bonheur
Comme les chevaux d'Islande
Ou le condor des Andes
Je veux ma liberté
Comme au début des temps

Qu'on me ramène à la terre
Qu'on me renvoie à mon cœur
Je veux crier ma colère
Tout autant que mon bonheur
Comme les chevaux d'Islande
Ou le condor des Andes
Je veux ma liberté...

J’en veux

L'amour est un rêve du corps
De ton âme qui devient ciel
De mon âme qui devient port
De ma terre qui devient miel

Ce besoin d'avoir un amant
Cette faim d'être bien а deux
Et de se faire des enfants
Ce goût de l'eau mêlée au feu

J'en veux j'en veux j'en veux
Encore

L'amour souffle comme le vent
Qui tarabuste les oiseaux
C'est un barbare qui souvent
Laisse nos rêves en lambeaux

Puis soudain, où est-il passé
La mer est calme et le ciel clair
Quelques éclairs dans nos pensées
Et pourtant de ce libertaire

J'en veux j'en veux j'en veux
Encore

J'aime l'amour
J'aime l'envie
J'aime tous les jours
De ma vie
Et jusqu'a l'instant de l'adieu
J'en veux

L'amour me fait des ennemis
Chez ceux qui ne savent pas aimer
Ou bien qui n'aiment qu'à demi
Par égoïsme ou par fierté

Moi j'ai besoin d'être serré
Dans le tempo humain de ta peau
Et de tes mots énamourés
Grésillant comme des mégots

J'en veux j'en veux j'en veux
Encore

Auteur: Serge Lama
Compositeur: Daniel Lavoie

Déliverrance

C'était un jour corbeau un jour sans hirondelles
II a quitté le nid, il est parti sans elle
Elle l'a regardé faire comme si c'était écrit
Sa quarantaine sonne sans un enfant de lui

Ne laissant derrière lui que des ronds de poussières
Un disque de Chopin sur la grande étagère
Et des lettres d'amour qu'un jour elle relira
Quand ses cheveux blanchis viendront sonner le glas

II offrait des miroirs comme on offre des fleurs
Elle faisait des bouquets de ces reflets trompeurs
II honorait son corps comme une cathédrale
Mais jusque dans leurs draps s'invita la rivale

Elle a tissé sa toile dans le plus grand silence
Posa sur leur amour un parfum de distance
Elle a pris le dessus sans mettre de dessous
Cette maîtresse insidieuse avait tous les atouts

Elle n'était ni plus jeune elle n'était ni plus belle
Elle ne portait ni robe ni guipure ni dentelle
Elle s'appelait souffrance elle s'appelait passé
Elle s'appelait l'Irlande et puis la peur d'aimer

Dans l'appartement vide l'écho de leurs caresses
Son amour impuissant face à la forteresse
On ne pénètre pas sans y être invité
Dans la douleur de l'autre qui interdit d'aimer

C'était un jour corbeau, un jour sans hirondelles
II a quitté le nid il est parti sans elle
Son cœur est en travaux son cœur est entravé
Et son corps déserté devient corps étranger

C'était un jour corbeau, un jour sans hirondelles
II a quitté le nid il est parti sans elle...

Auteur: Sophie Hartung
Compositeur: Philippe Noireaut

Autant que toi

J’ai dû marcher autant que toi
Chemin de désert sous mes pas
J'aurais bien voulu faire détour
Car mes bagages étaient trop lourds

J'ai dû pleurer autant que toi
Mais sans le bruit, sans le fracas
Les larmes versées sous mes draps
Baignaient mes conflits et mes combats

Mais aimes-tu autant que moi
La tendresse des beaux lendemains
Mais aimes-tu autant que moi
Le temps qui a formé nos liens
Et sais-tu autant que moi
Que tout l'amour que j'ai pour toi
Ne s'éteint pas

J'ai dû chercher autant que toi
Au-delà des anges, de la foi
Sur les routes parsemées de doutes
II y avait souvent des déroutes

II m'a fallu tellement d'années
Pour enlever les chaînes à mes pieds
II a fallu tellement de toi
Pour lâcher prise dans tes bras

Mais aimes-tu autant que moi
La tendresse des beaux lendemains
Mais aimes-tu autant que moi
Le temps qui a formé nos liens
Et sais-tu autant que moi
Que tout l'amour que j'ai pour toi
Ne s'éteint pas

J'ai dû marcher autant que toi
Chemin de désert sous mes pas
J'ai dû chercher autant que toi
Au-delà des anges, de la foi

Mais aimes-tu autant que moi
La tendresse des beaux lendemains
Mais aimes-tu autant que moi
Le temps qui a formé nos liens
Et sais-tu autant que moi
Que tout l'amour que j'ai pour toi
Ne s'éteint pas

Auteur: Martine Pratte
Compositeur: Marc Bonneau

Love amour amore

Ai, pyaar, unna, cinta, mohabbat
Sarang, yéu, kadhal, luzolo, erotas
Dinanga, tsi-lv-quo-di, milovat
Tia, lem, ahava, kanuöhkwa-shæ, eauwa

Armastama, liebé
Tangira, ser, mapendo

Love, amour, amore
Mehosane, munasiña
Ami, kunda, loba

Love, amour, amore
Okwagala, bolingo, thanda
Ofa, rata, jarabi

Noope, volim, voljeti, alofa
Sayang, hobb, volé, grá, lerato, munasqa

Ananyaja, caru
Lubow, ámar, est, yedobo

Love, amour, amore
Zamilovany, kanu, agapi
Ungayok, amor, laska

Love, amour, amore
Dashuri, kasih, meilé, lobi
Penda, upendo, dragosté

Jan, prem, nesam
Incathik, elsker, ngoi
Hadomi, kariño
Laik, calmo

Love, amour, amore
Fitiavana, thazasa, awin,
Ahemel, kerensa,
Sumo, elska

Love, amour, amore
Koselomal, asmara, sevda
Aroha, munana

Love, amour, amore
Sachiiwewin, yaakunah, lufu
Pagmamahal, kärlek

Mio, liefde, anpu, pasam, kanuya, kitsagik,
naglingnik, liébi, baba, sevgi,
soymek, kwam rak, medowo, guzolo, lolango,
ngangji, digidoo, ak

Auteur: Michael Dozier
Compositeur: Michael Dozier

Après toi, le déluge

Artiste invitée : Catherine Major

Après toi, le déluge
Après toi, le désert
J'ai perdu mon refuge
Un morceau d'univers

Après toi, le début
D'une période glaciaire
Un froid presque inconnu
Poussière dans la poussière

Alors je cherche ailleurs
Un autre monde
Loin de nos ombres
Loin des décombres
Alors je cherche ailleurs
Une autre terre
Pour me défaire
Et tout refaire
Mais pas la même erreur

Après toi, le désordre
Le chaos d'un volcan
Il ne reste que des cendres
Des vestiges d'autres temps

Après toi, le déluge
La pluie sur mon visage
Le soleil qui refuse
De percer les nuages

Alors je cherche ailleurs
Un autre monde
Loin de nos ombres
Loin des décombres
Alors je cherche ailleurs
Une autre terre
Pour me défaire
Et tout refaire
Mais pas la même erreur

Après toi, le déclin
Comme la fin d'un empire
Dont il ne reste rien
Que des mots pour l'écrire

Auteur: Frédérick Baron
Compositeur: Catherine Major