Тексты

Rendus là


Je m'écris

Je m'écris des cartes postales
Pour ne jamais rien oublier
Je m'écris depuis chaque escale
De mes voyages à partager

Je décris tout ce que je vois
Je me raconte ce que je vis
Ce qui se passe autour de moi
Je me présente contre l'oubli

J'ai la mémoire des incendies
Je suis dans ma chambre d'hôtel
Je m'écris comme un vieil ami
Je me donne de mes nouvelles

Je m'écris du haut de moi-même
D'ici, d'ailleurs et d'autre part
C'est le grand livre de ma mémoire
Et quand je me dis, je t'aime
Je m'écris du haut de moi-même

Écris-moi en poste restante
Je serai dans le Nord demain
Après une aussi longue attente
Dernière nuit, je me reviens

J'ouvre la porte de chez nous
Je fais du feu et je m'écris
Dernière lettre d'un beau fou
À sa plus belle mélancolie

J'ai la mémoire des incendies
Je suis dans ma chambre d'hôtel
Je m'écris comme un vieil ami
Je me donne de mes nouvelles

Je m'écris du haut de moi-même
D'ici, d'ailleurs et d'autre part
C'est le grand livre de ma mémoire
Et quand je me dis, je t'aime
Je m'écris du haut de moi-même

Je m'écris des cartes postales
Pour ne jamais rien oublier
Je m'écris depuis chaque escale
Qu'il n'est pas temps de m'oublier

Je m'écris du haut de moi-même
Dans le grand livre de ma mémoire

Paroles: Roger Tabra

Musique: Bruno Pelletier

Я пишу себе

Я пишу себе открытки,
Чтобы никогда ничего не забыть
Я пишу себе после каждой остановки
В своих путешествиях, которыми хочу поделиться

Я пишу обо всем, что вижу,
Я рассказываю себе о том, что я переживаю,
О том, что происходит вокруг меня,
Я противопоставляю себя забвению

Моя память воспламенена,
Я в своем гостиничном номере,
Я пишу себе как старый друг
Я сообщаю себе о своих новостях

Я пишу себе с высоты самого себя
Отсюда, оттуда и откуда-то еще
Это большая книга моей памяти
И года я говорю себе, я люблю тебя
Я пишу себе с высоты самого себя

Напиши мне письмо «до востребования»
Я буду на севере завтра,
После такого долгого ожидания
Последняя ночь, я возвращаюсь к себе

Я открываю дверь нашего дома
Я зажигаю свет, и я пишу себе
Последнее письмо безумца
Его самой прекрасной меланхолии

Моя память воспламенена,
Я в своем гостиничном номере,
Я пишу себе как старый друг
Я сообщаю себе о своих новостях

Я пишу себе с высоты самого себя
Отсюда, оттуда и откуда-то еще
Это большая книга моей памяти
И года я говорю себе, я люблю тебя
Я пишу себе с высоты самого себя

Я пишу себе открытки,
Чтобы никогда ничего не забыть
Я пишу себе после каждой остановки
В своих путешествиях, которыми хочу поделиться

Я пишу себе с высоты самого себя
В большой книге моей памяти

Перевод: Наталья Романович

On oublie

Seul
Au bout du fil
Ta voix
Qui se défile
Comme toi, la Terre est si loin
Elle se retire
Pour ne plus
Jamais
Revenir

Seul
Tu juges et condamnes
Seul
Je te rends les armes
Je savais pleurer un amour
Pas un ami
Qui n’veut plus
Jamais
Revenir

On oublie les mots que l’on sème
On oublie les rêves et les rires
On oublie les gens que l’on aime
On oublie…

Seul
Au-dessus du vide
Le cœur
En déséquilibre
Dans mon corps
L’envie de fuir
De ne plus
Jamais
Revenir

On oublie les mots que l’on sème
On oublie les rêves et les rires
On oublie les gens que l’on aime
On oublie…

On avait trouvé une île
Où le silence était possible
Pour entendre ce qu’on ne dit pas
Parce que c’était toi
Parce que c’était moi
Parce que c’était nous

Seul
Au bout du fil
Ma voix
Qui se déchire

Paroles: Yves Soutière
Musique: Bruno Pelletier

Мы забываем

Один
На том конце провода
Твой голос,
Который ускользает
Так же как ты, Земля так далека
Она удаляется,
Чтобы больше
Никогда
Не вернуться

Один
Ты судишь и выносишь приговор
Один
Я складываю перед тобой оружие
Я умел плакать по любимой,
Но не по другу,
Который не хочет больше
Никогда
Возвращаться

Мы забываем слова, которыми мы разбрасываемся
Мы забываем мечты и улыбки
Мы забываем тех, кого мы любим
Мы забываем…

Один
Над пропастью
Сердце,
Потерявшее равновесие
В моем теле
Желание бежать,
И никогда
Больше
Не возвращаться

Мы забываем слова, которыми мы разбрасываемся
Мы забываем мечты и улыбки
Мы забываем тех, кого мы любим
Мы забываем…

Мы нашли остров,
Где можно было молчать,
Чтобы слышать то, чего не говорят,
Потому что это был ты
Потому что это был я
Потому что это были мы

Один
На том конце провода
Мой голос,
Который разрывается

Перевод: Наталья Романович
 

Rendus là

Je suis de ceux pour qui le mot « toujours »
Ne se résume pas
Je suis de ceux à qui l’amour fait peur
Parfois

Je te l’avoue, l’homme que je suis
Ne se défile pas
L’homme que je suis, il doute
Parfois

Quand tu me verras brisé, tu sauras
Que mon corps fatigué, ne pourra
Plus aussi bien t’aimer, dis-le-moi

M’aimeras-tu encore
Rendus là
Serons-nous assez forts
Rendus là
M’écouteras-tu encore

Pour aller au-delà
Du besoin de ces corps
Froissés plus d’une fois
Serons-nous assez forts
La réponse je ne l’ai pas
Dis-le-moi
Toi

Si la réponse n’existe pas
Que chaque jour, il y a des choix
D’ouvrir son cœur encore une fois
Nous avions fait le serment
De ressembler aux vieux amants
M’aimeras-tu suffisamment

Si la beauté est partout
Tu m’le diras
Pour nous troubler, se jouer de nous
Pas à pas
Dans les désirs qui ne s’avouent
Presque pas
Serons-nous assez forts encore une fois

M’aimeras-tu encore
Rendus là
Au-delà de la mort
Rendus là
Serons-nous assez forts

Dans les épreuves le long du fleuve de la vie
D’une peau neuve où l’on s’abreuve à l’infini
M’aimeras-tu la mort venant
Mais tendrement

M’aimeras-tu encore longtemps
Rendus là
Dis-le-moi
Rendus là

Paroles: Frédérick Baron - Caroline Cloutier - Bruno Pelletier
Musique: Bruno Pelletier

L'amour nous reviendra ( avec Laurence Jalbert)

C’est de l’air chaud qu’on traverse
Puis qui se glace
Qui n’résiste pas aux averses
Qui passent
C’est un bonheur de surface
L’amour n’existe pas

On lui donne trop de place
Trop de lumière
Mais le cœur est un rapace
De chair
Qui vous dévore et vous lâche
L’amour ne suffit pas

La preuve avec toi
L’ épreuve du temps ne passe pas
La preuve que tu n’as
Jamais cru à ces choses-là

C’est la poésie facile
Des vœux de neige
Fondus dans les vents hostile
D’hiver
On reste seul, inutile
L’amour n’existe pas

Une vague nous emporte
Quel beau voyage
Mais le courant nous déporte
Au large
Chacun regagne sa rive
L’un sans l’autre
L’amour ne sauve pas

La preuve avec toi
L’ épreuve du temps ne passe pas
La preuve que tu n’as
Jamais cru à ces choses-là

C’est de l’air chaud qu’on traverse
Qui nous enlace
Un sentiment qui nous berce
Dépasse
Il sait reprendre sa place
L’amour nous reviendra

Paroles: Frédérick Baron
Musique: Marc Dupré

Un si long chemin

C’est un si long chemin
Une lueur naissant de l’ombre
C’est l’espoir qui jamais ne s’éteint
Être si forte
Être si digne
Et s’y rendre malgré

C’est l’aventure au fond de toi
C’est l’armure en laquelle tu crois
L’effort si fort que tu déploies
Être si grande
Être si maligne
Et d’apprendre malgré

Malgré la terre qui gronde
Les peurs auxquelles tu songes
Y’a cette foi qui t’étreint
Et la force qui convainc
Que tout est possible
Et ce, malgré les malgré

C’est un rempart qui jaillit
De pierre et de marbre durci
Confiante devant l’adversité
Tu es si belle
Tu es si vraie
De comprendre malgré

Malgré la terre qui gronde
Les peurs auxquelles tu songes
Y’a cette foi qui t’étreint
Et la force qui convainc
Que tout est possible
Et ce, malgré les malgré

C’est l’exemple incarné
Le respect que je t’ai avoué
C’est l’amour absolu et entier

Malgré le mal qui ronge
Les peurs auxquelles tu songes
Y’a cette foi qui t’étreint
Et la force qui convainc
Que tout est possible
Et ce, malgré les malgré

Malgré les malgré

Paroles: Bruno Pelletier
Musique: Simon Leclerc

Des kilomètres

J'ai dans mes bagages
De l’audace et des bravades
Des tempêtes
Des dérapages
Et tellement de vagues

J’ai dans mes valises
Tant de choses insoumises
Tous ces regrets
Que je tiens au loin secrets

Tant de kilomètres au compteur
Et toutes ces routes si hautes en couleur
Chemins escarpés
Où je suis souvent tombé

Tant de kilomètres au compteur
Être avec toi, face au meilleur
C’est enfin dégagé
Un passage pour t’aimer

Je cache au grenier
Des peines d’amour au passé
Car la plus belle des richesses
Est là à mes côtés

Elle a dans un écrin
Le mot “toujours” qui revient
Douces caresses
Pour cœur
En pleine tendresse

Tant de kilomètres au compteur
Chemins d’erreurs ou de bonheur
Routes escarpées
Oui j’y suis souvent tombé

Tant de kilomètres au compteur
Être avec toi face au meilleur
C’est enfin dégagé
Un passage pour s'aimer

Des kilomètres
Autant de kilomètres
Des kilomètres
Tellement de kilomètres

Autant de routes pour ces ailleurs
Autant de routes pour t’arriver
Être avec toi, face au meilleur

Des kilomètres
Autant de kilomètres
Des kilomètres
Tellement de kilomètres

Chemins d’erreurs, chemins traces,
La confiance est à nos pieds
Être deux, face au bonheur

Des kilomètres
Autant de kilomètres
Des kilomètres
Tellement de kilomètres (bis)

Paroles: Martine Pratte - Bruno Pelletier
Musique: Corey Hart

J'ai posé des pierres

Debout et droit comme un homme
Une histoire est encore à écrire
Devant, la route est longue
Tu ne sais où elle va te conduire

Je connais ces tempêtes du dedans
J'y suis passé, y a pas si longtemps

J'ai posé des pierres
À la lumière de ce que je sais
À la lumière de ce que je vois
Je n'en suis pas peu fier
J'l'ai fait pour toi et moi
Pour qu'un jour
Le courage et l'amour de mille hommes
Vivent en toi

Pas une montagne à gravir
N'est facile pour celui qui va
Ni ce ciel à construire
Sans l'expérience au bout de tes doigts

Je suis là, dans la nuit de tes jours
Un passeur connaissant le parcours

J'ai posé des pierres
À la lumière de ce que je sais
À la lumière de ce que je vois
Je n'en suis pas peu fier
J'l'ai fait pour toi et moi
Pour qu'un jour
Le courage et l'amour de mille hommes
Vivent en toi

Au-delà des frontières
Qui existent derrière nos paupières
Ton destin se forgera
Traversant chacune de mes barrières

À la lumière de ce que je sais
À la lumière de ce que je vois
Je n'en suis pas peu fier
J'l'ai fait pour toi et moi
Pour qu'un jour
Le courage et l'amour de mille hommes
Vivent en toi

À la lumière de ce que je sais
À la lumière de ce que je vois
Je n'en suis pas peu fier
J'l'ai fait pour toi et moi
Pour qu'un jour
Le courage et l'amour de mille hommes
Vivent en toi

Paroles: Alain Labonté - Bruno Pelletier

Musique: Stephan Moccio

Я заложил камни

Ты стоишь прямо, как мужчина,
И историю еще предстоит написать
Перед тобой долгая дорога,
Ты не знаешь, куда она приведет тебя

Я знаю эти бури внутри меня,
Я прошел через это не так уж давно

Я заложил камни
В свете того, что я знаю,
В свете того, что я вижу,
И я немало этим горжусь
Я сделал это для тебя и для меня
Чтобы однажды
Мужество и любовь тысячи людей
Поселились в тебе

Взойти не на одну гору
Нелегко для того, кто идет,
И построить свод,
Не имея опыта на кончиках пальцев

Я здесь, в ночи твоих дней
Проводник, который знает маршрут

Я заложил камни
В свете того, что я знаю,
В свете того, что я вижу,
И я немало этим горжусь
Я сделал это для тебя и для меня
Чтобы однажды
Мужество и любовь тысячи людей
Поселились в тебе

За границами,
Которые существуют за нашими веками,
Твоя судьба будет выкована,
И преодолеет каждое из моих препятствий

В свете того, что я знаю,
В свете того, что я вижу,
И я немало этим горжусь
Я сделал это для тебя и для меня
Чтобы однажды
Мужество и любовь тысячи людей
Поселились в тебе

В свете того, что я знаю,
В свете того, что я вижу,
И я немало этим горжусь
Я сделал это для тебя и для меня
Чтобы однажды
Мужество и любовь тысячи людей
Поселились в тебе

Перевод: Наталья Романович

Ton amour meurt

Ton amour meurt
Ton amour n'est plus
Qu’une simple erreur
Un malentendu

Ton amour repart
Vers une autre histoire
Laissant derrière lui
Le vide et l’oubli

Quand tous les sons, les images
N’ont plus de langage
À la lumière du temps

Qui s’en va

Mon amour se meurt
Cet amour ne sera plus
Qu’un rêve, un ailleurs
Qui n’existera plus

L’amour s’en va
Quelque part, loin là-bas
Un destin qui n’a plus
D’adresse ni de rue

Quand tous nos sons, nos images
N’ont plus ce même langage
À la lumière du temps

Ça s’en va

Toujours plus grande
Est la distance
Tout nous sépare
Impuissants devant cette evidence

Que l’amour meurt
Il ne résonne plus
Qu’à l’écho d’une rage
Notre amour n’est plus
Qu’un malentendu

Paroles: Michel Lapointe - Bruno Pelletier
Musique: Dan Volj - Martin Bachand

Твоя любовь умирает

Твоя любовь умирает
Твоя любовь теперь
Всего лишь простая ошибка,
Недоразумение

Твоя любовь уходит
Туда, где другая история,
Оставляя за собой
Пустоту и забвение

Когда все звуки, все картины
Немеют
В свете времени,

Которое уходит

Моя любовь умирает
Эта любовь теперь
Будет всего лишь мечтой, чем-то далеким,
Чего больше нет

Любовь уходит
Куда-то вдаль
Это судьба, у которой больше нет
Ни адреса, ни улицы

Когда все звуки, все картины
Не говорят больше на одном языке
В свете времени

Все это уходит

Все больше
Расстояние
Все разделяет нас
Мы бессильны перед этой очевидностью

Любовь умирает
Она звучит только
Эхом ярости
Наша любовь теперь
Всего лишь недоразумение

Перевод: Наталья Романович

Entre toi et moi

Toi, c'est un cœur qui bat en toi
Moi, c'est un cœur qui bat en moi

Qu'est-ce que j'ai fait
Pour en arriver là
Mais qu'est-ce que j'ai fait
Si le destin me croit

Plus haut que l’au-delà
Même au-delà d’y croire
Il fallait le vouloir

Tout au bout de nous trois
Il y a son regard
Il y a cette histoire
Gravée dans nos mémoires

Tout c’que j’ai fait
Si c’était à refaire un jour
Je referais
Ce chemin sans aucun regret
Car il restera toujours
Entre toi et moi
Il restera toujours
Tout c’qui ne se dit pas

Même si demain
Tout s’arrêtait là
S’il n’y avait plus rien
Il sera toujours là

Si le temps est mensonge
Que la vie n’est qu’un songe
Nous n’avons pas rêvé

Nous n’avons pas triché
L’amour qui se prolonge
Dans cette éternité
Sera notre fierté

Tout c’que j’ai fait
Si c’était à refaire un jour
Je referais
Ce chemin sans aucun regret
Car il restera toujours
Entre toi et moi
Il restera toujours
Tout cet amour-là

C’est une histoire de toujours
Depuis longtemps déjà
Une vie après l’amour
Entre toi et moi

Lui, c'est ton cœur qui bat en lui
Lui, c'est mon cœur qui bat en lui

Paroles: Sandrine Roy
Musique: Martine St-Clair

Peut-être

Peut-être un départ
Ou bien une lettre
Peut-être une vie sans histoire
Et peut-être trop de peut-être

Sûrement une blessure
Quelqu’un qui lui manque
Peut-être une éclaboussure
Le bonheur n’est pas étanche

Une larme
Retenue
C’est toute son âme
Qui est mise à nue
Une larme
Dans la rue
Tombée d’une femme
Que personne n’a vue
Et le mystère continue
Pourquoi, je ne l’ai jamais su

Peut-être est-ce un rêve
Qui s’est achevé
Un enfant qu’on lui enlève
Une mère qui part à jamais

Peut-être une peur
Ou moins pire que ça
Qui sait, peut-être un malheur
Qui une fois pour toutes s’en va

Une larme
Retenue
C’est toute son âme
Qui est mise à nue
Une larme
Dans la rue
Tombée d’une femme
Que personne n’a vue
Et le mystère continue

Tombée d’une femme
Que personne n’a vue
Et le mystère continue
Pourquoi, je ne l’ai jamais su

Peut-être un départ
Ou bien une lettre
Peut-être une vie sans histoire
Et peut-être trop de peut-être

Paroles: Frédérick Baron - Mari Jo Zarb
Musique: Catherine Major

Быть может

Быть может, отъезд
Или письмо
Быть может, жизнь без истории,
А быть может, слишком много «быть может»

Наверное, какая-то рана,
Кто-то, кого ей не хватает,
Быть может, брызги грязи –
Счастье не герметично

Сдержанная
Слеза –
Это вся ее
Обнаженная душа,
Слеза
На улице,
Оброненная женщиной,
Которую никто не видел,
И тайна продолжается.
Почему – я никогда этого не узнаю…

Быть может, мечта,
Которая закончилась,
Дитя, которое у нее отобрали,
Мать, ушедшая навсегда.

Быть может, страх
Или что-то не такое ужасное.
Кто знает, быть может, горе,
Которое ушло раз и навсегда

Сдержанная
Слеза –
Это вся ее
Обнаженная душа,
Слеза
На улице,
Оброненная женщиной,
Которую никто не видел,
И тайна продолжается.

Оброненная женщиной,
Которую никто не видел,
И тайна продолжается.
Почему – я никогда этого не узнаю…

Быть может, отъезд
Или письмо
Быть может, жизнь без истории,
А быть может, слишком много «быть может»…

Перевод: Наталья Романович

Blues blanc

Dans une chambre mal éclairée
Au mur, un calendrier
Un drôle de dessin
Des dates passent
Les journées s'allongent
Je les regarde le cœur serré
Un peu dans l'ombre

Des gens qui sont mal dans leurs aises
Une blouse blanche sympathique
Qui tique
Sur ces notes et qui dénote
Le malaise
Le sien
Le nôtre

C'est le blues blanc vert ou bleu
C'est le blues blanc des blouses blanches

Il faut les rompre, ces silences
Qui nous emportent dans l'oubli
Près de moi, une femme
Presque inconnue
Enfin, je ne sais plus

C'est le lot quotidien
De ces gens d'exception
Trop seuls pour chacun
Des lendemains sans noms

J’aimerais tant leur dire
Ce qui me dépasse
Ce qui nous prive
Dois-je tenter la parole
Déranger leurs routes
Et les heures défilent
Avec tous ces doutes

C'est le blues blanc vert ou bleu
C'est le blues blanc des blouses blanches

Dévastateur sentiment sur la douceur de vivre
Le corps de mon parent défiant toujours la vie
Enfin je m’abstiens et je prie
Je ne crois plus à rien ici
Viendra bien le moment
Où tout basculera
Et je serai là

La paix dans l’âme
Les pleurs au cœur
Lueur d’une flamme

C'est le blues blanc vert ou bleu
C'est le blues blanc des blouses blanches

Dans une chambre mal éclairée
Où d’incroyables choses se passent
Dans l’ignorence des autres
J’ai simplement voulu dire
Merci pour lui

Paroles: Bruno Pelletier
Musique: Sylvain Michel

Tout ce qu’on a voulu

On a voulu toucher la lune
On a voulu être important
On veut, toujours sans gène aucune
Mener le monde comme on l’entend

On a voulu l’eau des rivières
On a voulu l’or et l’argent
On ne laissera que des poussières
Pour les enfants de nos enfants

On a voulu
On a eu tout c’qu’on a voulu

Et maintenant…
On voudrait du temps

Avant que tout ait disparu
On saura dans cent ans
Si le temps nous a eus

On s’est payé des clairs de lune
Voulu la peau de l’ours blanc
Pour s’y coucher sans gène aucune
Pour réchauffer nos sentiments

On a perdu tant de chaleur
À tout miser sur des images
On ne botox pas le bonheur
Qui vieillit sous son maquillage

On a voulu
On a eu tout c’qu’on a voulu

Et maintenant…
On voudrait du temps

Avant que l’amour ait disparu
On saura dans cent ans
Si le temps nous a eus

On a voulu mener nos vies sans retenue
Mais pour l’amour des enfants qu’on a eus
On veut qu’après ça continue…

Et maintenant…

Paroles: Nelson Minville
Musique: Marc Dupré

Всё, чего мы хотели

Мы хотели прикоснуться к луне
Мы хотели быть важными
Мы хотим, ни в чем не стесняясь,
Управлять миром так, как нам заблагорассудится

Мы хотели воды рек
Мы хотели золота и серебра
Мы оставим только пыль
Детям наших детей

Мы хотели
Мы получили все, что мы хотели

А сейчас…
Мы хотели бы обмануть время

Прежде чем все исчезнет
Через сто лет мы узнаем,
Обмануло ли время нас

Мы оплатили для себя лунный свет
Мы хотели шкуру белого медведя
Чтобы лежать на ней, ни в чем не стесняясь,
Чтобы подогреть наши чувства

Мы потеряли столько теплоты,
Ставя все на образы
Ботоксом не накачать счастье,
Которое стареет под макияжем

Мы хотели
Мы получили все, что мы хотели

А сейчас…
Мы хотели бы обмануть время

Прежде чем любовь исчезнет
Через двадцать лет мы узнаем,
Обмануло ли время нас

Мы хотели прожить наши жизни безудержно
Но ради любви детей, которые у нас есть
Мы хотим, чтобы потом все продолжалось…

А сейчас…

Перевод: Наталья Романович